J'ai enfin trouvé mon rythme au Foyer...

Je m'occupe de 8 enfants, la moitié en séance individuelle de 30 minutes et les 4 autres, les plus âgés, en une séance collective d'une heure.

Tous parlent et comprennent le français, avec pour certains un gros manque de vocabulaire, et si les plus grands se contentent de faire leurs devoirs sous ma supervision, les plus petits ont de sérieuses lacunes qui les freinent pour bien progresser...

Quand j'arrive vers 8h45, je commence par faire le tour des bureaux ! On échange avec les éducatrices/assistantes sociales sur le déroulé du mercredi précédent autour d'un café, c'est le seul moment où tout le monde est  disponible. Avec la directrice du Foyer j'ai très peu de contacts. Elle est assez distante, pas vraiment très chaleureuse avec moi et semble toujours débordée ! Mais le reste de l'équipe est très sympa et dynamique, vraiment concernée par les progrès de chaque enfant et à l'écoute de mes impressions ou demandes...

Le premier dans la salle, à 9h, est le petit D. un albanais de 7 ans qui rame un peu avec les maths... Il est tranquille et attentif mais complètement perdu par l'abstraction des nombres ! Compter, ça va encore à peu près, même si la notion de dizaine le laisse rêveur ! Mais avec les additions/soustractions c'est le flou total ! Il m'a fallu quelques séances pour mobiliser son attention et ensuite lui faire comprendre les mécanismes en se servant d'abord de ses doigts puis de crayons de couleur qu'il utilise pour ajouter ou enlever. On y arrive, petit à petit, et je ne désespère pas de l'aider à rattraper son retard !

Après D. je m'occupe de J. et F., soeur et frère tchétchènes de 6 et 4 ans encore en maternelle. En principe, je ne suis que des enfants de primaire...  Mais pour ces ceux-là j'ai fait une exception. Une demie-heure chacun. Ils ont besoin d'enrichir leur vocabulaire, de comprendre les nuances, de saisir différentes notions (devant/derrière, dessous/dessus, haut/bas etc...) pour mieux participer en classe et respecter les consignes. Je vois chaque fois leur maman, pleine de bonne volonté mais trop peu à l'aise en français pour les aider efficacement. Comme elle, ils sont très réservés, souriants et avides de progresser ! Ils font partie de ces petits qu'il faut apprivoiser avant de faire quoi que ce soit et je me rends compte que les maitresses n'ont pas forcément le temps pour ça... Je ne connais rien de leur histoire, mais gagner leur confiance a été une étape indispensable pour les faire passer du mutisme le plus total (c'était un peu angoissant !) à un échange de plus en plus fluide et spontané !

Ensuite vient la séance collective ! Il y a B. et C., albanais en CE2, A.en CM2 venue de Mayotte et M. en CM2 aussi et originaire de Turquie.
Tous les quatre sont de bons élèves qui n'ont pas réellement besoin de soutien mais juste d'un coup de main pour faire réciter leçons et poésies, préparer les dictées ou vérifier les exercices.
B. vient un peu en touriste... Parfois il est absent sans prévenir. On doit évoquer son cas mercredi car je ne vois pas l'intérêt de mobiliser une place pour un gamin qui n'en voit pas trop l'utilité et me le fait savoir !

M. est plus assidu mais totalement autonome et pour lui aussi se pose la question de l'utilité de mes interventions. Il est là, travaille dans son coin en silence, ne demande jamais d'aide et quand je me décide à lui demander de me réciter une leçon ou de faire la dictée prévue pour le lendemain, tout est juste et sans rien à rectifier ! Pourtant, M. semble venir de son plein gré et se sentir bien avec nous... Peut-être a-t-il tout simplement besoin d'un moment de calme hors d'un chez-lui exigu ?! A voir donc !

Avec A. et C., des liens se sont créés assez vite ! Ce sont deux gamines drôles et vives, pleines d'humour et de bon sens ! On travaille bien sûr, mais on échange beaucoup aussi sur leur vie, leurs envies, leurs rêves et leurs souvenirs. C'est vraiment sympa ! Elles me font confiance et je m'efforce de booster leur confiance en elles et dans le monde qui les entoure... L'une comme l'autre ont des histoires compliquées, des parcours chaotiques, mais aussi une incroyable vitalité !
Avec la maman de C. des liens se sont également créés. Elle m'a raconté son histoire, confié ses inquiétudes de maman. Elle parle parfaitement français même si elle ne l'écrit pas. Son souci de bien faire la conduit parfois à trop d'exigences envers C. que ce soit au niveau scolaire ou éducatif. De plus en plus souvent, elle me demande mon avis, se renseigne sur la manière de faire en France, sur la façon dont elle peut aider sa fille à grandir et progresser... On compare nos modes de vie, nos traditions, nos expériences ! J'aime beaucoup ces moments d'échanges, c'est aussi pour ça que je fais du bénévolat !

Mon dernier élève de la matinée est encore un albanais ! Il y a de nombreuses familles albanaises dans ce Foyer, contrairement à celui où j'étais avant et qui recevait pour l'essentiel des gens originaires du Maghreb et d'Afrique francophone. La façon de les aborder, de les mettre en confiance, est bien plus délicate ! Moins démonstratifs et bavards, j'ai pris le parti de les laisser venir tout en les assurant de ma disponibilité si besoin... Cela a pris un peu plus de temps mais aujourd'hui j'ai de très bonnes relations avec tous les parents !

Y compris avec la maman d'E., mon dernier élève, qui est en CE1 alors qu'il ne sait ni lire ni écrire...
Je l'avoue, avec lui je désespère un peu ! Je sais que ses lacunes n'ont rien à voir avec sa nationalité (vu qu'il est né en France!), ni avec son environnement familial (vu que sa soeur de deux ans son aînée est une excellente élève de CM1!)... La maman est visiblement désemparée et je ne suis pas loin de l'être aussi !!!
Jusque-là, j'ai fait mon possible... Apprendre à reconnaître les lettres (il connaît l'alphabet par coeur mais uniquement dans l'ordre !) sous leurs différentes graphies, puis des syllabes simples, écrire son prénom etc... Mais E. n'est pas vraiment motivé, pas vraiment concentré, il vient à reculons et il a même affirmé à sa mère que je lui faisais peur et que c'était pour cette raison qu'il ne retenait rien !!! Heureusement que la maman n'a pas été dupe !
A force de parler avec elle et avec les éducatrices, j'ai enfin obtenu que E. soit suivi par une orthophoniste et j'espère voir très vite des progrès. Accepter ce suivi a été très difficile pour la maman mais je suis persuadée qu'elle ne le regrettera pas.
En attendant un premier bilan, je m'accroche pour faire apprendre le maximum à cet enfant qui met mon énergie et ma patience à rude épreuve !!! Et surtout, je me creuse la tête pour trouver des moyens détournés et plus ludiques pour que ça rentre !!! Tout est bon ! Lettres en relief ou sous forme de puzzles, abécédaire sonore ou lumineux, tracés en pointillés... Je ne jetterai pas l'éponge !!!

Mais à midi, quand je refais vite fait le tour des bureaux pour saluer mes "collègues" je pousse un grand ouf ! Ces matinées du mercredi sont un vrai plaisir...épuisant ! 

Bonne semaine à toutes !