... ou à quoi vais-je me retrouver confrontée ?
Nous partons jeudi matin avec mon frère en voiture pour aller chercher Madame ma Mère et la ramener avec nous.
Nous avons prévu un aller tranquille en deux jours pour traverser la France par le chemin des écoliers. L'occasion de passer un moment un peu plus détendu que ces derniers mois, de faire un diner gourmand et une nuit au calme avant l'épreuve qui nous attend...

Car cela fait finalement 3 ans que nous n'avons pas vu notre mère et même si mon frère l'a eue au téléphone sans interruption et quasi-quotidiennement, ce n'est pas mon cas ! Il n'y a qu'un an environ qu'elle a recommencé à m'appeler, comme si de rien n'était.
Je ne lui tiens aucune rigueur de toutes les horreurs qu'elle a pu me balancer ou déverser sur mon compte... Le temps n'est plus à la rancoeur, à la vengeance ou au désamour. Ce n'est plus qu'une vieille dame en souffrance qu'il est de notre devoir d'humain d'accompagner jusqu'à la fin en faisant notre maximum pour qu'elle soit le plus apaisée possible....
Mais ni mon frère ni moi n'avons idée de l'état physique dans lequel elle se trouve aujourd'hui. 
Ma soeur nous a bien dit qu'elle avait beaucoup maigri, qu'elle avait "vieilli"... mais en trois ans, entre 88 et 91 ans, que veut bien pouvoir dire "elle a beaucoup vieilli" ???
Elle est toujours valide, n'a pas besoin d'aide pour se déplacer, manger ou faire sa toilette. Ca, on le sait ! Mais pour le reste... c'est quoi, vieillir ?!

Je n'ai aucune idée de qui je vais avoir en face de moi...
Sera-ce Madame ma Mère ou juste quelqu'un qui lui ressemblerait vaguement ? Ou une totale inconnue qui ne collera en rien avec mes souvenirs ?
Je n'ai aucune idée des sentiments qu'elle va m'inspirer. Je sais juste que je ne suis absolument pas prête à devoir affronter une Madame ma Mère heureuse de nous voir, reconnaissante de ce qu'on fait pour elle ou encline à des démonstrations d'affection qui lui ont toujours été étrangères ! Et encore moins si elle devait avoir l'idée saugrenue de me prendre dans ses bras pour m'embrasser trop chaleureusement !
Ce serait trop pour moi ! Le fait que je ne lui en veuille pas ne signifie pas pour autant que je sois envahie d'un amour filial qu'elle n'a jamais rien fait pour provoquer !!!

Aucune idée non plus de quoi... De tout ce qui va remonter du passé, de ces non-dits qui ont bouffé mon adolescence, de la souffrance de n'être pas aimée et que j'ai eu tant de mal à apaiser...
Il est trop tard pour les mises au point ou les explications, trop tard aussi pour panser les blessures de son côté comme du mien, impossible de recréer un lien qui n'a jamais existé...

Les jours qui viennent vont être difficiles. Mais heureusement nous avons aussi beaucoup de choses pratiques à faire qui nous éviteront de trop cogiter ! Nettoyer le studio en vue de l'état des lieux de sortie (et il semblerait qu'il soit bien crasseux...), récupérer les médicaments auprès du médecin, résilier les différents abonnements, effectuer les changements d'adresse, acheter les pièces manquantes du "trousseau" pour l'entrée en EHPAD...
Et faire la route du retour (d'une seule traite cette fois !), départ tôt et arrivée tard chez moi où elle passera à priori une nuit avant que nous ne l'accompagnions le lundi ou mardi en début d'AM à la résidence que nous avons choisi pour elle.
Et là, entre son départ de la résidence-service et son installation à l'EHPAD, ne nous leurrons pas... TOUT peut arriver ! Le refus, les crises, l'agressivité...
J'envisage le pire, juste pour me réjouir si tout se passe bien !