Brèves et chroniques de chez liaht

08 décembre 2017

Comme une ombre...

Madame ma Mère m'a appelée à trois reprises ces derniers mois...
j'avais décidé de ne plus parler d'elle ici, de ne plus parler d'elle tout court, de la bannir de mes pensées... De ma vie, il y a longtemps que c'est effectif...

Mais elle plane comme une ombre, malgré la distance, malgré l'absence de contacts.
Elle n'a pas mon n° de portable, juste celui du fixe de la grande maison, celui que quasiment plus personne n'utilise en dehors des sociétés de démarchage... Alors, quand la sonnerie retentit, je suis toujours un peu sur la défensive.
C'est ce qui m'a permis de ne pas me laisser me laisser submerger par les émotions lors de ces trois appels...
Ils ont été brefs, vides de sens et d'échange, j'ai juste remarqué mon incapacité totale à la nommer, comme pour mieux la garder à distance, ni à répondre quoi que ce soit d'autre que des banalités.

J'ai de ses nouvelles régulièrement, par mon frère qu'elle harcèle jusqu'à plusieurs fois par jour au téléphone et par ma soeur qui lui rend visite de temps en temps mais se tient informée chaque semaine de l'évolution de son état auprès de la directrice de la résidence.
Elle prend un traitement pour juguler "l'apparition des insectes" de son syndrome d'Ekbom, mais rien qui puisse masquer sa personnalité paranoiaque toujours bien perceptible malgré la démence sénile qui s'installe doucement...
Elle perd ses repères dans le temps, prend mon neveu pour mon frère, raconte que mon papa est mort récemment et qu'elle a du mal à s'en remettre (alors que cela fait 24ans...), se lamente sur la disparition de ma soeur dont elle était "si proche"... Mais continue aussi de se répandre en accusations sur notre volonté de la dépouiller, de se plaindre qu'on l'ait obligée à s'installer dans cette résidence, d'affirmer que ma belle-soeur interdit à mon frère de l'héberger chez elle...
Le chantage affectif est une seconde nature chez elle et elle ne perd aucune occasion, déménce sénile ou pas, de tenter de monter ceux qui l'approchent les uns contre les autres....
Le médecin qui la suit a enfin pris la mesure de la situation et nous a conseillé de garder nos distances pour nous protéger.
Il nous a avoué avoir eu du mal à la percer à jour vu qu'en sa présence elle paraissait "normale", en pleine possession de ses moyens mentaux et surtout dans une forme physique exceptionnelle pour une personne de 90 ans. Une fois encore elle avait réussi à faire illusion...
Mais la folie s'installe peu à peu et les comportements incohérents prennent le dessus de plus en plus souvent.
Ce n'est semble-t-il que la suite logique d'une personnalité borderline depuis bien longtemps, de troubles pathologiques qui auraient dû être détectés dès l'adolescence, voire l'enfance...

Ma soeur a eu l'occasion cet été de passer quelques jours avec plusieurs de mes tantes...
Il reste à Madame ma Mère quatre de ses soeurs encore en vie et toutes très lucides.
Et toutes parlent désormais plus librement de leurs relations avec leur soeur.
J'aurais aimé apprendre bien plus tôt que Madame ma Mère a toujours été, même enfant, une personnalité perturbée, manipulatrice et toxique...
J'aurais aimé avoir la confirmation que l'attitude de mon père n'était qu'une tentative désespérée pour nous protèger, et moi tout particulièrement qui suis la petite dernière dix ans après les trois ainés...
Parce que je me doutais bien qu'il n'y avait rien de très normal à accepter comme il l'a fait de "couvrir" mes frasques d'ado, de ne jamais rien m'interdire alors même que je pouvais me mettre en danger, d'assurer à Madame ma Mère que je me trouvais à droite quand il savait que j'étais à gauche, de me donner de l'argent en douce... j'en passe....
Il savait... Mes tantes savaient...
Mais les apparences étaient tellement normales, Madame ma Mère tellement "comme il faut" en public... Une maitrise totale...

Elle est malade et l'a sans doute toujours été, contrôlant plus ou moins bien ses troubles, et chacun d'entre nous, ses quatre enfants, a grandi comme il a pu et avec plus ou moins de bonheur...
Aucune de mes deux soeurs n'a réussi sa vie de couple ni de famille, divorces, relations chaotiques et/ou inexistentes avec leurs propres enfants, tentatives de suicides, blessures psychiques jamais cicatrisées...
Mon frère a été très tôt en pension, encore enfant, et a grandi loin de nous, ne revenant que pour les vacances. mais il porte en lui aussi des failles qui ne sont que camouflées par un équilibre assuré par ma belle-soeur et leurs trois enfants...
Et moi...
Même si je me plais à croire que j'ai dépassé tout ça, que je n'ai plus ni affect ni rancoeurs envers cette vieille femme qu'est devenue Madame ma Mère, je sens bien au fond que je m'illusionne un peu, que je me mens à moi-même et que je n'en n'aurais jamais fini avec cette ombre qui plane au-dessus de mes blessures d'enfance...

Posté par chez Liaht à 07:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 novembre 2017

Potins perses !

Pffff.... Je commençais à désespérer de trouver un moment pour vous en dire un peu plus sur la façon dont j'ai ressenti mon séjour en Iran !
Fille Ainée et la Petite Princesse sont repartis après 5 jours avec nous et ce fût un vrai bonheur de les avoir à la maison !
Notre petite-fille est un vrai rayon de soleil (en un peu plus bruyant !), toujours gaie et souriante (même avec 39 de fièvre !), très dégourdie, escaladant tout, se cachant dans les moindres recoins, babillant et dansant toute la journée ! Epuisante quoi ! Mais vu que son grand-père est en totale adoration (réciproque d'ailleurs !) je l'ai laissé s'en occuper la plupart du temps pour profiter de ma gazelle sans scrupule !

La grande maison se remplira à nouveau début décembre avec le retour de Fille Dernière pour quelques semaines et les allées et venues habituelles en période de fêtes ! Mais là, c'est un peu plus calme !
l'Iran donc....
Je n'ai pas vocation à jouer les guides touristiques et on trouve sur le net des photos bien plus belles que celles que j'ai pu prendre, des descriptions plus précises et des infos pratiques en nombre ! Mais quand même... pour vous donner juste un aperçu, allez voir les photos de l'hôtel Negin à Kashan et du Dad Hôtel à Yazd histoire de baver un peu sur deux styles d'hébergement (plutôt haut de gamme !) dont nous avons bien profité ! Un bijou de cocon de charme pour l'un et le luxe plus moderne mais sans ostentation pour l'autre !

Mais en fait, j'ai surtout envie de vous livrer quelques impressions en vrac, telles que je les ai notées au fur et à mesure dans mon carnet de voyage... Sans commentaire superflu, juste du ressenti sur le vif !
- En Iran, il n'y a pas de serviettes dans les restaurants (gargotes ou établissements plus classe), mais des boites de mouchoirs en papier partout ! Sur les tables, dans les chambres, dans les toilettes publiques...
- On a fait une cure de kebab/riz ! Les kebabs iraniens étant en fait des brochettes de viande (poulet, boeuf et/ou agneau) marinée... Les légumes se mangent essentiellement en crudités et on n'a pas vraiment trouvé de vraies spécialités en dehors du "dizi", un plat de viande en sauce avec pommes de terre, pois et haricots, dont on mange d'abord le bouillon avec des morceaux de pain un peu dur. Ensuite, on écrase viande et légumes finement avec un pilon dédié et on déguste avec du pain frais ! Très bon !
On a gouté aussi à la spécialité de Yazd : le faloudeh qui est un genre de glace de vermicelles de riz parfumés à la rose, à la pistache, au safran... Très particulier comme goût ! j'ai aimé, Monsieur Liaht pas du tout !
- Pistaches, safran, rose, menthe... j'ai trouvé la cuisine iranienne bien plus parfumée qu'épicée ! Une subtilité culinaire qui reflète parfaitement le raffinement des gens et de la culture perse.
- On ne mange quasiment pas de dessert en Iran ! Les pâtisseries et autres douceurs se dégustent plutôt en dehors des repas, on en trouve à tous les coins de rue et c'est un délice !
Par contre, il y a du yaourt à toutes les sauces... salées !!! Notre habitude occidentale de manger des yaourts sucrés nous a valu bien des discussions (gestuelles !) et des fous-rires car les iraniens ne les mangent qu'avec des oignons, de l'ail, de la menthe... plutôt façon sauce qu'aliment à part entière !
- Les iraniens piquent-niquent tout le temps et partout ! A midi entre amis ou collègues, le soir et les WE en famille... Tout le monde se pose sur les pelouses des parcs, jardins et places et installe couvertures et tapis pour un moment de détente jusqu'à la nuit.
Tous les espaces verts sont autorisés aux visiteurs et c'est hyper propre ! D'ailleurs les villes et villages sont très bien entretenus et il n'y a que dans le désert, qu'on a traversé sur plusieurs centaines de Km, que j'ai remarqué des déchets jonchant les bas-côtés...
En plus des piques-niques, j'ai constaté que les iraniens voyagent beaucoup pour visiter leur propre pays... Sans doute aussi parce qu'il n'est pas si simple d'obtenir un visa d'entrée ailleurs...
Et du coup, ils campent... partout !!! Même et surtout sur les trottoirs des grandes villes ! Car je n'ai pas vu de tentes dans les parcs ou jardins. Mais sur les parkings, au bord des routes, dans les stations-services etc... c'est très fréquent et un peu surprenant !
- Pour en finir avec le chapitre logement/nourriture, un gros regret... Pas de café en Iran !!! Ou si peu... On en trouve dans de rares (et récents !) coffeeshops installés dans les bazars ou au centre des grandes villes. Mais si vous demandez un café le matin dans les hôtels (même les très chics !) on vous montrera le samovar pour l'eau chaude et le plat qui contient des granulés de café instantané !!! Ouiiinnnn ! Pas de vrai café le matin !!!
Rabattez-vous sur le thé, super bon même pour moi qui ne suis pas fan !

- En Iran, on est vite millionnaire ! La monnaie locale, le rial, ne vaut quasiment rien... En gros, pour 1 euro on vous donnera dans les 40 000 rials !!!
Heureusement, les pièces de monnaie sont très peu usitées ce qui facilite les choses, mais on se retrouve vite largué, avec des liasses de billets qui se ressemblent tous !
Pour compliquer encore un peu les choses, les iraniens parlent soit en "rials", soit en "tomans" qui équivalent à 10 rials. Il faut donc constamment se faire préciser les choses même si au final la différence pour nous est minime vu le taux de change !
Et si la plupart des billets sont effectivement en "rials", certains plus récents seraient en "tomans", je n'en ai pas vus ... Un vrai casse-tête !!!
Mais la réputation de scrupuleuse honnêteté des iraniens est bien réelle... On leur tendait souvent une liasse de billets et ils nous montraient les bons billets !
- En voyage, la question des toilettes est vite fondamentale ! gros avantage dans les pays musulmans... on en trouve partout, gratuites, généralement très propres (y compris dans les parcs et sur les parkings !) mais... sans papier toilette car l'usage de la "douchette" est la norme ! Peut être que vous y êtes habituées, pas moi ! Et cela nous a valu de sacrées parties de rigolade car entre les chiottes à la turc et la douchette, mieux vaut savoir viser juste !!! Perso, il m'aurait fallu des cuissardes et un ciré !

- Et puis les iraniens... Je précise à nouveau que je ne prétends pas avoir réellement tout vu de leur mode de vie. Tous les échanges que j'ai pu avoir avec eux vont dans le même sens : il y a la vie en public qui se plie aux règles en vigueur et la vie privée y qui déroge clairement...
La police des moeurs se fait très discrète, mais la délation est fréquente et gare à ceux qui organisent des fêtes avec alcool, aux filles qui tombent le foulard en présence d'hommes étrangers à la famille, aux couples d'amoureux qui fricotent sans être mariés.... Mieux vaut être d'une famille aisée et bien établie...
La police tout court est également bien moins visible que chez nous ! mais l'obligation pour tous les bus et véhicules transportant des touristes de pointer aux entrées/sorties des villes ainsi qu'à des checkpoints précis permet d'exercer une surveillance et un contrôle constant, même s'il n'est pas pesant.
- J'ai été surprise de constater que la télévision diffusait des films occidentaux ! Quand on était là-bas, il y avait un cycle cinéma avec Daniel Auteuil !
Et sur une chaine d'infos en continu, la revue de presse citait Facedebouc et consorts... qui sont officiellement interdits en Iran !
Dans les faits, tous les iraniens sont équipés de portables et ont trouvé des moyens pour contourner les interdictions officielles ! Ils sont parfaitement informés de toutes les tendances actuelles !
Et n'ont pas échappé à la mode du selfie... Je dois me retrouver en photo sur pas mal de pages perso!
Car les iraniens adorent venir papoter avec leur vocabulaire limité en anglais/français et ce petit moment d'échange se termine invariablement avec un tirage de portrait avec les copines/famille/collègues, des accolades et une vraie gentillesse !

- Pour terminer, quelques mots sur la tenue vestimentaire qui semble poser problème à beaucoup...
Nous étions en Iran à une période où la chaleur n'a jamais été un souci. De 24 à 26°, avec une seule journée de pointe à 31°, et je me doute bien qu'en plein cagnard la donne doit être bien différente !
Mais personnellement, je n'ai à aucun moment vécu le port du foulard ou de tuniques longues et à manches longues comme une contrainte ! Pantalons slims et Con*ver*se (au fait...je n'ai pas eu mal aux pieds !) ne posent aucun souci.
L'usage du tchador n'est absolument pas une obligation (en dehors de certaines mosquées ou mausolées, dont celui de l'imam Khomeini que nous avons visité. J'ai donc dû revêtir un genre de "drap de lit" blanc à fleurettes bleues dans lequel je me suis enroulée et qu'il fallait tenir d'une main serré autour du cou !) même si beaucoup d'iraniennes le portent pour des questions pratiques : cela leur permet de s'habiller comme elles veulent dessous, je l'ai constaté à de nombreuses reprises entre autres dans les toilettes (oui, encore les toilettes ! C'est un endroit très convivial pour papoter !) ou parfois par conviction ou tradition. Le foulard en revanche (cachant le cou et le décolleté... bien moins les cheveux !) est incontournable, y compris chez les toutes petites filles dès lors qu'elle vont à l'école (obligatoire pour tous dès 6 ans).
Je le redis à nouveau... La religion et moi... on n'est pas vraiment copines ! Donc je ne cherche absolument pas à justifier (et encore moins à approuver !) le foulard imposé par certains musulmans, que ce soit clair !
Mais en l'occurence, je l'ai porté sans même y penser, ne l'enlevant que la nuit (alors que d'autres voyageant avec moi s'empressaient de le retirer sitôt montées dans le bus, en tirant le rideau de leur fenêtre..) et j'ai pris très vite le réflexe de le mettre le matin en même temps que ma montre !

On m'avait aussi laissé entendre qu'il serait impossible pour moi de fumer en Iran... A deux reprises, nous avons logé dans des hôtels où il n'y avait ni jardin, ni balcon, et j'ai donc dû aller fumer dans la rue. Je ne vais pas vous mentir... j'ai eu droit à quelques regards noirs ! A un vieux monsieur qui, en passant, m'a dit "it's not good for you" mais c'est tout ! Il suffit d'être discrète, assise sur un banc à l'écart ou à l'abri des arbres !
Et cela reflète d'ailleurs la manière dont je conçois le voyage : rester soi-même en faisant au mieux pour ne pas choquer ses hôtes, se plier aux lois en vigueur pour échanger en toute tranquillité (en Iran, une touriste qui contrevient aux obligations vestimentaires peut mettre le voyagiste, le guide, les gens avec qui elle discute etc... dans une situation très embarrassante. (Récemment, la guide d'un groupe où se trouvait une "rebelle" a été blacklistée et a perdu son job...)

Voilà... J'espère vous avoir donné envie, malgré la longueur de ce post !
Bonne semaine à toutes et à très vite !

Posté par chez Liaht à 07:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
15 novembre 2017

Entre Perse et Iran...

Hello vous !

De retour mais, même après dix jours, je ne suis pas sûre d'avoir totalement atterri et encore moins d'avoir repris possession de ma routine de vie !!!
La faute bien sûr à ce voyage, à ce pays magnifique, à ces monuments qui laissent sans voix et à ces iraniens d'une gentillesse incroyable... Mais aussi la faute à ce we dernier où nous avons fêté dignement les 30 ans du Chat, dans une vieille et belle maison en rase campagne louée pour l'occcasion par sa Douce ! C'était émouvant de partager cet évènement si particulier pour moi (... 30 ans déjà ! Mon premier né...) avec ses ami(e)s et ceux qui lui sont chers...
Et la faute enfin à la présence jusqu'à ce matin tôt de Fille Dernière et de son écossais venus pour l'occasion partager la fête !!!
Difficile avec toutes ces allées et venues de me réapproprier la maison et de retrouver mes habitudes, d'autant que demain ce sont Fille Ainée et la petite Princesse qui arrivent pour quelques jours :) !

Alors, l'Iran ?!
Un vrai beau voyage... Merci à mes Chats et à mes Gazelles pour ce magnifique cadeau !
On est tombés sous le charme dès la descente d'avion ! Heu... enfin presque... quelques tracasseries administratives, quelques heures d'attente (on a fait la fermeture de la douane iranienne !) mais vite oubliées !!!
Un groupe d'une quinzaine de personnes, grosso modo de notre âge, plutôt sympa et surtout avec la même vision du voyage...
Profiter de la présence efficace de notre accompagnatrice pour les réservations d'hôtels (plutôt hauts de gamme !) et la mise à disposition d'un minibus avec chauffeur pour nos déplacements, apprécier qu'elle fasse une caisse commune pour la visite des sites et des pourboires....
Et surtout se réjouir d'être totalement libres en journée de faire comme bon nous semblait !!! Partir de notre côté à certains moments, nous joindre au groupe pour visiter quand on en avait envie, prendre nos repas en duo ou avec d'autres au gré des affinités....
Rien n'était imposé en dehors du choix des hôtels (avec petit déj') et de la liste des villes-étapes où nous avons passé chaque fois 2 voire 3 nuits, de quoi nous imprégner de l'atmosphère des lieux et ne pas tout visiter au pas de charge comme de nombreux groupes de touristes que nous avons croisés !!!

Shiraz, Yazd, Ispahan, Kerman, Kashan, Téhéran... Et bien sûr, Persepolis et Abyaneh, Mahan, Neybod et Naïn... Les jardins, les mausolées et les mosquées... L'eau qui court et les roses (sur leur fin malheureusement !), l'incroyable beauté des carreaux de céramique et des coupoles, le ciel sans nuage et le soleil chaud juste comme il fallait, les bazars avec leurs odeurs et leur animation tranquille (rien à voir avec le brouhaha des souks !)...
Et les rencontres surtout ! De celles qui se font comme allant de soi, un sourire, un bonjour et hop... la glace est brisée et la gentillesse iranienne vous frappe en pleine poire ! On ne se connait pas, on ne parle pas la même langue (trèèès peu parlent vraiment anglais et quasiment aucun le français !) mais avec quelques mots, quelques gestes, parfois même une étreinte silencieuse, on se sent accueilli et bienvenu...
J'ai vite arrêté de compter le nombre de fois où l'on m'a pris par la main pour me faire poser en photo au milieu de familles, de couples, de groupes d'étudiants !!! Tout en m'interrogeant sur ma nationalité, ma famille, mon avis sur l'Iran !

Même si j'avais fait avant de partir un tour sur pas mal de sites et blogs pour me faire une idée, ma vision occidentale sur l'Iran et les iraniens a vite volé en éclats !!!
Je suis bien consciente que je n'ai vu que la partie visible de l'iceberg et qu'il y a bien certainement bon nombre de côtés obscurs que je n'ai pas perçus... Mais je ne m'attendais pas à une telle liberté de mouvement et de parole, en particulier chez les femmes ! je ne m'attendais pas à trouver un pays aussi développé, industrialisé, moderne et lettré !
Je reviendrai dans un prochain billet sur mes étonnements, dans un sens comme dans l'autre, sur mes agacements aussi ! Et sur mon ressenti après deux semaines sans jamais quitter (sauf la nuit !) mon foulard réglementaire !!!

Si vous voulez rêver, voyager un peu... N'hésitez pas à chercher sur le net des photos des villes, villages et sites que j'ai mentionnés... attention les yeux !!!
Bon milieu/fin de semaine !!!

Posté par chez Liaht à 07:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 octobre 2017

C'est bientôt demain !

Il fait tantôt beau et presque chaud, tantôt il pleut et on sent l'automne...
Difficile de prévoir la météo et les températures, mais comme souvent fin septembre/début octobre, quand il est encore trop tôt pour mettre le chauffage, la cheminée du salon a repris du service !
J'adore l'odeur de fumée, les flammes qui dansent et la chaleur qui se répand dans tout le rez de chaussée !

Dans la cuisine, c'est la gazinière qui joue ce rôle... Entre les confitures de figues du jardin et les faitouts de sauce tomate qui mijotent je me croirais vraiment à la campagne !!! Même si on n'y est pas vraiment ! Juste une banlieue encore un peu épargnée !
J'ai ramassé les derniers potirons et courges et vu la quantité cette année, on tiendra aisément tout l'hiver ! Pour les tomates, c'est plus agaçant... Certains pieds sont magnifiques, exempts de toute maladie ou attaque de parasites, chargés de fruits, mais désespérément verts ! Et ils ne mûriront plus...
Pour certains qui ont commencé à vaguement se colorer, je tente la technique du mûrissage forcé en les entreposant au contact de pommes (en dégageant de l'ethylène, elles accélèrent la maturation de certains autres fruits !), on verra bien !
Mais pour les autres, j'ai choisi cette fois de laisser faire la nature ! Personne à la maison n'aime la confiture de tomates vertes et le chutney fait l'an passé n'est pas terrible...
Tant pis ! Les fruits verts seront hachés et enfouis dans la terre pour servir de compost ! Et je sais que certaines graines réussiront à regermer l'an prochain !

On a enfin reçu notre "convocation" pour l'Iran ! RV donné au groupe à Paris, au pied du comptoir d'embarquement où on nous remettra nos billets et documents de voyage ! Départ le 20 !
Et... je commence à stresser... ! Je suis profondément casanière et l'idée de laisser la grande maison, mon dernier fils, mon chien et mon chat durant deux longues semaines suscite chez moi plus d'interrogations et d'inquiétudes que de joie de voyager...
Je sais que tout cela se dissipera une fois dans l'avion mais en attendant, je fais des listes et des listes de listes pour tenter de ne rien laisser au hasard !
Le chien ira chez mon frère... ne pas oublier de louer une voiture le 19 pour pouvoir le lui amener, penser à commander un sac de croquettes (ils sont souvent en rupture de stock dans cette marque !), prévoir les gamelles, la laisse, un petit topo avec les habitudes de la bestiole, son panier aussi...
Chat Junior aura la responsabilité de la maison.... Commander du fuel, et s'il faut allumer la chaudière avant notre départ, bien penser à montrer son fonctionnement au fiston, comment remettre de l'eau surtout car la vieille machine n'est plus très étanche ! Lui rappeler de fermer les portes à clé puisqu'il sera absent toute la journée (d'habitude, on laisse toujours ouvert côté cour !), remplir frigo et congélateur pour qu'il ait de quoi s'alimenter, laver et repasser un maximum de son linge pour qu'il n'aille pas travailler en mode cracra...

Manque de chance, Fille Dernière sera dans le coin pour quatre jours juste pendant notre absence ! L'anniversaire d'une copine ! Comme elle a encore quelques jours de congé à prendre avant la date de sa démission, elle en profite ! Et reviendra le WE du 10 novembre pour fêter avec nous les 30 ans du Chat !
J'aurais bien aimé avoir une de mes gazelles avec moi pour préparer mes valises !!! Je prévois toujours trop peu, hé oui je sais, les femmes ont plutôt la réputation de se surcharger mais je suis l'exception qui confirme la règle peut être !
Quelques pantalons, une jupe très longue, des tuniques, un pull long pour les soirées fraiches, et j'ai trouvé deux très longues vestes en maille noire, légères et amples, qui camoufleront efficacement tout ce qu'il faut camoufler ! L'une est plutôt style manteau d'ailleurs, longueur à la cheville et même une capuche ! Ne pas oublier les foulards ! Ni les barettes pour les retenir, ni les épingles à nourrice pour cacher aussi le cou...
Tout laver et repasser en début de semaine avant le départ, nettoyer les baskets... D'ailleurs... Baskets ou C*on*ver*se en cuir ? Une paire de sandales... Des tongs peut être ?!
La trousse de toilette... Les huiles essentielles...
Ah, un pyjama aussi... Où vais-je trouver un pyjama, moi qui dort sans rien été comme hiver ?!
Des listes et encore des listes...
Je ne crois pas que mon forfait téléphone me permette d'être joignable en Iran... Et whatsapp, ça marche ou pas ?! Pas sûr...
Prendre un bouquin, les chargeurs appareil photo et e-clope... Un atomiseur d'eau et des lingettes aussi...

Je ne crois pas qu'on aura le temps de faire un saut chez Fille Ainée avant notre départ...Ne plus avoir de voiture commence à rendre le quotidien un peu compliqué... Il faut prévoir au moins la veille tout déplacement pour louer une titine ou emprunter celle d'un des garçons...
Qui va nous accompagner à la gare au fait ?! Il faut bien rejoindre Paris ! Ne pas se rater sur les horaires, prévoir large !
Je ne sais même pas si j'aurai le temps de repasser déposer un billet ici... Le 20 octobre, ça vous parait peut-être lointain, mais pour moi et mes listes, et mes listes de listes, je vous assure... c'est presque demain !!!
Au cas où... je vous dis donc ... à la mi-novembre, le temps que je revienne, que je reprenne mes marques et que je fête dignement les 30 ans de mon ainé !
Prenez soin de vous !

Posté par chez Liaht à 07:12 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 septembre 2017

Des projets...

C'est au tour de Monsieur Liaht de passer la semaine à Paris....
Parti pour deux jours, le temps de superviser le déménagement de l'appart de Gwen et l'installation en box de stockage, il a finalement décidé de rester un peu plus...
Il l'avait vue en juin, mais malgré tout je crois qu'il a eu un choc en constatant par lui-même combien la maladie avait progressée.
Comme moi, il a compris la necessité de profiter de notre amie tant qu'on le peut encore.
Mais contrairement à moi, il a du mal à exprimer son ressenti, il ne partage pas ou peu (comme nombre d'hommes...) ses émotions et j'espère qu'il va surmonter tout ça...

Pour moi, dans la grande maison, la vie a repris son cours. Sans doute avec une conscience plus aigüe du temps qui passe, de la chance d'être en bonne santé et de la volonté de faire ce qui est en mon pouvoir pour que ça dure...
Comme je l'ai dit dans mon billet précédent, j'ai recommencé à fumer avec Gwen... Oh, pas beaucoup, mais juste assez pour que tout soit à recommencer pour parvenir à me passer de cette cochonnerie. Je mise sur le voyuage en Iran pour me donner un coup de pouce ! Les femmes fumeuses ne sont pas très bien vues là-bas, la chicha passe encore, mais la clope pas trop !
je profite des derniers produits du jardin. La récolte de figues est bien en deça de l'an passé mais j'ai quand même pu faire quelques pots de confiture. Les tomates ont bien donné, mais de nombreux pieds, couverts de fruits, ne mûriront sans doute jamais, dommage ! Du côté des cucurbitacées par contre c'est la fête ! J'ai déjà ramassé une bonne douzaine de potimarrons et butternuts et il en reste au moins encore autant !!!
Bien stockés sur les étagères de la buanderie, ils nous feront tout l'hiver !

J'ai finalement trouvé un MOOC qui me plaisait, sur la santé des plantes, et je ne cesse de m'émerveiller sur la richesse et la complexité du monde végétal...
L'occasion de réviser un peu les connaissances acquises en cours théoriques et lors de mes expérimentations perso !
J'ai désormais une grande armoire entièrement dédiée à ma passion pour la phyto et l'aromathérapie !
L'avantage de tout y ranger (livres et documents, ingrédients, matériels et flaconnages) c'est que je peux d'un coup d'oeil surveiller mes stocks et attraper facilement ce dont j'ai besoin sans faire autant de manutention qu'avant !
Et quand j'ouvre la porte de mon "armoire de sorcière", l'odeur de la sauge, de la verveine et de la menthe en train de sécher, fixées en bouquets sur la tranche des étagères, envahit tout le hall !
Ma journée d'aujourd'hui sera consacrée à la "cuisine" des produits d'hygiène et d'entretien qui ont besoin d'être renouvelés et celle de demain à la réalisation des baumes et préparations pour l'automne et l'hiver...

La tribu va bien...
Le Chat et sa Douce ont repris leur prospection pour préparer la saison prochaine. Il fêtera ses 30 ans début novembre, juste à notre retour de voyage, et sa Douce a prévu une grande fête avec famille et amis en louant pour un WE une grande maison à la campagne !
Fille Ainée a enfin trouvé la tenue adéquate pour le mariage dans 15 jours de deux de ses meilleures amies, des jumelles, dont elle sera le témoin...à l'église !!! Elle a été très émue d'avoir été choisie, surprise aussi que le prêtre ait accepté, et mettra un point d'honneur à être à la hauteur... La robe a été vite validée par Fille Dernière et moi-même mais la question du couvre-chef a fait débat un moment !!!
Finalement, ce sera un turban (et non un foulard...), validé aussi !
Du côté de Fille Cadette, le stress est perceptible... Son contrat se termine fin janvier, mais la gestion des dossiers dont elle est l'unique responsable est loin d'être à son terme sans que personne d'autre sur place ne soit en mesure de prendre la suite ! Ca tombe bien... Elle veut absolument rester sur son îlot du bout du monde !!! Elle l'a fait savoir à qui de droit, mais la décision semble tarder et mon impatiente de gazelle ne tient plus...
J'espère de tout coeur qu'elle aura gain de cause (s'il le faut par un recours juridique !) car je la sens pour une fois épanouie vraiment dans son job, dans son cadre de vie, dans ses amitiés... Elle a posé ses valises à l'endroit le plus improbable qui soit, mais elle y est bien !
Fille Dernière a choisi de donner sa démission de son job à Glsgow... Elle n'a jamais réussi à trouver sa place dans ce cabinet d'architectes fonctionnant comme une start-up, a manqué d'un vrai supérieur la guidant dans ses premiers pas de commerciale (elle a un Master en droit !) et n'est pas prête à sacrifier sa vie privée au profit du boulot en bossant 50h/semaine, même pour un bon salaire !
Son amoureux et elle ont pour projet de partir au printemps prochain pour un long road trip d'abord dans les îles écossaisses puis en Europe, explorer d'autres horizons, bosser là où on voudra bien d'eux, et qui sait... trouver l'endroit où ils aimeraient s'installer pour un temps !
Quant à mon Chat Junior, il bosse sans relâche pour gérer avec profit ses 120 comptes clients, mais la charge de travail ne lui laisse pas beaucoup de temps libre ! D'autres commerciaux devraient venir renforcer l'équipe mais en attendant, il a remis à plus tard ses projets de s'installer seul dans un appart' ! L'intendance gérée par maman semble lui convenir !!!
Mais finalement, malgré quelques épisodes de galère avant qu'il ne trouve sa voie, c'est certainement le plus facile à vivre de mes cinq enfants et je ne suis pas pressée qu'il s'en aille ! Toujours de bonne humeur, conscient qu'il faut prévenir de sa présence ou de son absence pour les repas, prêtant sa voiture sans état d'âme quand on en a besoin... Le locataire idéal !

La seule chose qui manque à mon bonheur, c'est de ne pas voir la Princesse aussi souvent que je le voudrais ! Elle grandit, devient de plus en plus indépendante et autonome, commence à parler et s'éclate à la crèche dont elle est la mascotte tant elle est sociable et facile !
On va essayer, soit de remplacer vite notre voiture défunte, soit d'en louer une, pour aller passer un WE chez Fille Ainée avant de partir en voyage...

 

Posté par chez Liaht à 07:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 septembre 2017

La marche du crabe

Je rentre tout juste d'une semaine à Paris auprès de Gwen...
Alors bien sûr, ce billet est destiné à donner de ses nouvelles à toutes celles qui ont apprécié ses commentaires, sa causticité et son humour et son infinie humanité....
Mais il est aussi (surtout peut-être ?) une façon pour moi de faire face au flot d'émotions qui me submerge, à ma peine et à ma colère, un genre de thérapie par l'écriture en somme...

La semaine fût à la fois très longue et très courte.
Je ne suis pas du tout une fille de la ville et même si c'est banal pour les parisiens, devoir chaque jour faire 45mn de métro+RER, suivis de 20mn de marche pour aller à la clinique en banlieue m'a vraiment fatiguée. Le bruit, la foule, les odeurs, les visages fermés...
Le retour était encore plus pesant, la laisser là-bas était chaque fois un crève-coeur...
Oui, je sais, je me plains de choses futiles qui sont le quotidien de beaucoup alors que j'ai été vraiment heureuse d'aller la voir, heureuse de voir son sourire et d'échanger un peu (trop peu, si peu...) avec elle, d'évoquer nos souvenirs, de faire des projets aussi...

Je sais que je retarde le moment de parler de sa santé...
C'est si dur...
Elle va mal, l'énergie la quitte petit à petit, pas la volonté ni le mental, non, c'est une vraie warrior qui se bat autant que ses forces le lui permettent !
L'oedème de la tumeur au cerveau ne régresse pas, malgré des doses de cheval de cortisone, et provoque des vertiges violents. Elle est déjà tombée deux fois lourdement, a perdu deux dents de devant, et désormais se déplace avec un déambulateur à roulettes, trainant les pieds comme une vieillarde, le côté gauche quasi paralysé depuis la dernière intervention sur le cervelet...
Son visage est bouffi comme celui d'un poisson-lune, gommant les expressions.
Elle se fatigue très vite, dort beaucoup, mange peu mais m'attendait chaque jour avec impatience pour que nous descendions sur la terrasse fumer une cigarette (oui... j'ai recommencé à fumer avec elle...), comme elle dit "c'est mon dernier petit plaisir et ce n'est pas ça qui me tuera !"
Je ne suis jamais restée plus de trois heures en sa compagnie, elle somnolait souvent et n'a jamais cherché à me retenir quand je lui proposais de la laisser pour qu'elle se repose...

Elle ne souffre pas physiquement et ne prend d'ailleurs aucun médicament contre la douleur, mais moralement...
Se sentir dépendante est un cauchemar pour elle qui n'a jamais compté que sur elle-même, qui a toujours vécu seule, organisé sa vie à sa guise, contrôlé toute son existence...
Se déplacer à touts petits pas, n'avoir jamais le temps de sortir de l'ascenseur avant que les portes ne se referment, avoir besoin d'aide pour remonter son pantalon et attacher le bouton, ne pas pouvoir couper sa viande, trembler trop pour brancher son téléphone ou recharger sa e-clope...
Malgré les séances de kiné tous les jours, les heures de vélo qu'elle s'oblige à faire, sa motricité ne s'améliore pas.
Ses amis qui la voient régulièrement me l'ont confirmé : elle baisse, tout doucement, et plus personne aujourd'hui ne croit que la tendance puisse un jour s'inverser...

Je ne l'avais pas vue depuis notre road trip dans le Gers l'automne dernier et j'ai eu un vrai choc.
Le changement physique bien sûr qui est si radical, mais surtout la difficulté à avoir de vrais échanges et discussions.
Elle passe du coq à l'âne, pose des questions sans écouter les réponses, revient à la manière d'une obsession sur certains sujets qu'on a déjà abordés et puis, tout à coup, comme une véritable éclaircie dans un ciel assombri, elle prononce quelques mots, quelques phrases et je retrouve instantanément la Gwen que j'ai connue, drôle, vive, cultivée !
J'ai vite appris à saisir au vol ces petites parenthèses enchantées, à tenter de les faire durer pour me remplir de cette amitié retrouvée, à me réjouir d'avoir fait la nique au crabe ne serait-ce que quelques minutes !
Ne vous y trompez pas... Elle a toute sa tête ! C'est juste que les connexions sont lentes, que parler la fatigue, écouter aussi ! Mais elle sait parfaitement où elle est, ce qu'elle a, qui est qui, se repérer dans le temps et l'espace !
Son corps ne suit pas, c'est tout ! Elle ne répond quasiment plus aux sms car cela lui prend trop de temps, ne peut plus lire car les lignes se brouillent mais elle se tient au courant de l'actualité...

Cela fait trois ans que son cancer a été diagnostiqué, mais jamais jusqu'à cet été elle n'avait cessé de garder un petit pied dans son job... A distance, elle continuait de prendre des décisions que d'autres mettaient en oeuvre, elle gérait par mail ou téléphone ce qu'elle pouvait...
Elle ne peut plus.
Et début septembre, elle a été remplacée, définitivement.
Ca a été une épreuve pour elle, comme la confirmation que jamais plus elle n'aurait sa vie d'avant.
Et son appartement au 5ème étage sans ascenseur est vendu...
Il doit être vidé la semaine prochaine et toutes ses affaires stockées dans un box en attendant... Monsieur Liaht ira à Paris veiller au déménagement et s'assurer que tout est fait du mieux possible.
J'ai passé la semaine dans cet appartement, sans elle, en sachant que je serai la dernière à le voir en l'état et cela aussi a été une épreuve pour moi...
Elle n'avait jamais imaginé ne plus y retourner quand elle est en est partie en mars et tout est encore en place.
Je n'ai pas réussi à dormir dans son lit, pas réussi à dormir tout court. Je crois que j'aurais dû aller à l'hôtel, mais elle voulait que je fasse un peu de tri...
Alors, avec une autre de ses amies, on a enlevé tout ce qui n'avait pas lieu de finir dans le box de stockage... Produits périssables, bouteilles, produits d'entretien et d'hygiène... Il a fallu ouvrir tous les placards, et cette intrusion dans sa vie, dans son intimité, même avec son autorisation, a été d'une vraie violence pour nous...
C'est fait.
Ce qui a été sa vie au quotidien, son job, son appart, n'est plus...
J'ai pris un dernier café samedi matin, débranché la cafetière, jeté un dernier coup d'oeil pour ne rien oublier de cet endroit où nous avons passé tant de soirées à rigoler et à refaire le monde...

Quand je suis allée lui dire au revoir à la clinique, elle a pleuré.
J'ai plaisanté, je lui ai promis que je reviendrai en novembre, au retour d'Iran...
Je me suis effondrée devant la porte de l'ascenseur, dans les bras d'une aide soignante.
Je sais qu'elle est bien prise en charge, bien entourée par tous ses amis, qu'elle ne souffre pas.
Mais j'espère juste qu'elle sera encore là quand je reviendrai...
Foutu crabe qui continue d'avancer quand elle ne le peut plus...

Posté par chez Liaht à 07:03 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 septembre 2017

La tortue

Cet été, comme s'ils s'étaient donné le mot, chacun des enfants a abordé avec moi le devenir de la grande maison...
De la part des ainés qui ont quitté le nid cela ne m'a guère surpris !
Mais quand mon chat Junior m'a invité au restaurant pour un tête à tête mère/fils pendant que Monsieur Liaht était au Pays Basque, il a lui aussi évoqué le sujet... alors qu'il habite encore avec nous...
Je l'ai déjà écrit ici : nous avions toujours dit que nous filerions habiter sur une île sitôt atteint l'âge de la retraite !
C'est un vieux projet, de ceux que l'on formule quand on a la trentaine et encore la vie devant soi, de ceux que l'on remet régulièrement dans la discussion quand le quotidien se fait un peu lassant ou déprimant, de ceux qui servent de moteur pour continuer de rêver à la suite....
Et très sincèrement je peux affirmer qu'on y croyait dur comme fer !
Mais à trente ou quarante ans on ne maitrise pas vraiment les années à venir, ce que deviendront les enfants une fois adultes ni même l'évolution de nos propres rêves ou envies...

Les enfants ont assimilé ce projet, ce rêve, cette envie, comme une évidence qui n'attendait que la deadline pour se concrétiser et aujourd'hui ils me rappellent avec insistance que Monsieur Liaht pourra prendre sa retraite dès mars 2019 et que ce serait bien de se pencher sur la suite...
Agir n'a jamais été mon point fort ! Je suis viscéralement une cérébrale, capable de disserter interminablement sur les concepts, de disséquer les idées jusqu'à l'infini, mais pour passer à l'acte il me faut généralement me trouver au pied du mur, acculée à la prise de décision et à l'action !!!
Parfois même je pousse le vice jusqu'à laisser le hasard ou autrui trancher pour moi... C'est dire !
Et dans le cas du devenir de la grande maison, le dilemne est une véritable source d'angoisse pour moi...

Monsieur Liaht la quitterait sans trop d'états d'âme pour un ailleurs quelconque du moment qu'il y a de l'eau et du soleil ! Et je partageais vraiment ce rêve jusqu'à il y a peu !
Mais en vieillissant, je me rends compte que la chaleur n'est pas vraiment mon amie, que m'éloigner de mes enfants qui sont dans le coin (Fille Ainée et mes deux Chats) bouleverserait des habitudes que j'apprécie et que la grande maison est tout aussi agréable à habiter en comité restreint que du temps de la tribu au complet...
Alors oui, elle a aussi ses inconvénients... Six chambres dont quatre inoccupées la plupart du temps, des travaux importants qu'il faudrait faire sans trop tarder (la toiture a plus de trente ans, la chaudière est énergivore, les fenêtres d'origine ne sont ni étanches à l'eau ni isolées, les volets à lattes tombent en ruine...), une surface trop importante à entretenir correctement, un environnement qui s'urbanise chaque année un peu plus.... Et il n'y a ni piscine, ni rivière, ni mer pour mon poisson de mari !!!
Mais...
Quand les enfants reviennent en vacances, elle n'est plus du tout aussi grande que ça !
La cheminée est ultra performante et compense largement la chaudière vieillissante !
L'espace est idéal pour que chacun se sente à l'aise pour s'isoler quand le besoin s'en fait sentir !
Le jardin est facile à entretenir, le potager opérationnel !
On est suffisamment proches de la ville, de la gare, de l'aéroport mais assez éloignés pour ne pas en subir les nuisances !
J'ai ici 17 ans de souvenirs, de rencontres, d'amitiés, de points de repère et d'habitudes auxquels je suis attachée !
Je ne suis pas sûre d'avoir l'énergie de quitter ma zone de confort pour reconstruire ailleurs un cocon dans lequel m'épanouir durablement....

Les enfants ont rivalisé de suggestions ! Une maison sur une île, plus petite et mieux adaptée à un couple qui avance en âge, avec la solution de louer pour les vacances un gîte assez grand pour nous acceuillir tous...
Un appartement en ville, et de l'argent en rab pour passer du temps chez les uns et les autres tout au long de l'année...
Une maison à la campagne, au bord d'une rivière, à un prix attractif pour l'aménager à notre goût...
Une location qui nous garantirait la liberté de déménager quand on le souhaite...
Aucune de ces options ne me tente vraiment !
Je sais que la question reviendra sur le tapis et qu'il faudra qu'on mette à plat nos souhaits profonds, avec l'espoir que Monsieur Liaht tout comme moi trouverons un terrain d'entente, une solution qui ne demande pas à l'un de renoncer à ses rêves et à l'autre de se faire violence...
L'idéal pour moi aujoud'hui serait d'être une tortue : aller au bord de l'eau, ma maison sur mon dos !!!

Posté par chez Liaht à 07:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 août 2017

l'odeur du travail...

Ca sent la rentrée !!!
Plus de monde dans les rues, les familles qui se pressent au rayon des fournitures scolaires... Vous n'imaginez pas à quel point je suis heureuse d'en avoir fini avec cette corvée et avec la scolarité des enfants en règle générale !!!

Les devoirs, le stress du matin, les convocations chez le principal ou le proviseur (oui, oui ma tribu était trèèès indisciplinée !), les réunions parents/profs avec toujours le même leitmotiv (année après année, quel que soit l'enfant concerné... Pour le premier, on prend ça au sérieux, ensuite... ça perd de sa crédibilité !!!) "votre fils/fille peut beaucoup mieux faire et manque de maturité"..., les bulletins scolaires, l'orientation et pour finir les examens et l'interminable attente des résultats...
Au final, ils ont chacun trouvé leur voie, malgré l'immaturité et l'indiscipline !
Et en dehors de mon Chat Junior qui est devenu commercial après un BTS NRC, les quatre autres ont des emplois qui ne correspondent pas (voire pas du tout !) à leur formation initiale :
Un BTS banque pour Fille Ainée qui est maman au foyer et espère bien le rester !
Un Master en droit public comparé + un diplôme d'avocate costaricienne pour Fille Cadette qui occupe les fonctions de chef de projet !
Un Master en droit privé + son équivalent en droit écossais pour Fille Dernière qui bosse dans un bureau d'architectes !
Et un Master en management des activités internationales pour le Chat qui s'éclate aujourd'hui dans la réalisation de potagers urbains en permaculture !

Ce qui me fait dire aujourd'hui que le plus important n'est pas tant le niveau d'études (même si un minimum reste indispensable !) que l'ouverture d'esprit et la curiosité qui permettent de ne pas se limiter et d'être capable de prendre les chemins de traverse...
Et il leur en faudra à nos jeunes des capacités annexes pour se frayer un chemin dans la jungle professionnelle qui les attend !!!
Déjà, bien contents s'ils parviennent à décrocher un job adéquat après des années de stages, petits boulots, intérim et autres sièges ejectables...
Et les réformes en discussion ces temps-ci me laissent sans voix !
C'est bien beau de vouloir supprimer la norme du CDI (très français par ailleurs comme type de contrat) qui effectivement semble bloquer bon nombre d'employeurs... Mais c'est une vaste fumisterie que de laisser croire qu'un contrat "plus souple" débloquera la situation ! CDI ou pas, un employeur qui veut licencier le peut ! 
Et que dire de la situation précaire dans laquelle vont se retrouver bon nombre de personnes si l'on supprime le CDI ?! Ne serait-ce qu pour trouver un logement !!! Ou prendre un crédit, parfois indispensable !!!
Vous en connaissez beaucoup des proprios qui vont accepter de louer leur bien à un intérimaire, un CDD ou même à un CDI de projet ???
Le contrat de travail à durée indéterminé reste encore trop ancré comme étant une garantie à vie et il faudra du temps pour faire évoluer les mentalités...
D'où ma certitude qu'il faut développer au maximum la capacité d'adaptation de nos jeunes pour qu'ils aient une chance de prendre le train en marche !

Ca sent la rentrée !
Et la Petite Princesse a fait la sienne !
Dans la crèche à deux pas de chez elle où quelques places sont disponibles façon halte-garderie pour les mamans qui ne travaillent pas. Elle ira une journée/semaine juste pour le plaisir de se mêler aux autres enfants et de faire des activités différentes de celles qu'elle fait avec sa maman !
L'adaptation s'est très bien passée ! Aucune appréhension, aucun pleur, alors même que ce bout de chou est en permanence avec sa mère !
Du coup, fille Ainée va pouvoir se ménager une journée rien que pour elle, prendre des cours, s'inscrire pour faire du sport... Elle a déjà plein de projets !

Pas de rentrée pour moi cette année !
Il y a bien quelques MOOC qui me tentent...
Et une salle de yoga/pilates qui vient d'ouvrir près de chez moi avec des tarifs raisonnables...
Et aussi quelques offres de bénévolat qui m'interpellent...
Mais prendre un engagement alors que je vais m'absenter deux semaines pour l'Iran ne me parait pas très sérieux... Je verrai au retour...
Sans compter que Gwen m'a demandé si je pouvais venir à Paris en septembre une semaine ou deux pour qu'elle puisse sortir un peu de son Centre de Suites... Mais là, cela se décidera sûrement du jour au lendemain selon l'évolution de son état... Un jour ça va, le lendemain moins bien... Les mieux se font attendre et ne durent que très peu...

Bonne semaine ! Bonne rentrée !

21 août 2017

Un rêve de safran, pistaches et eau de rose...

Ma vie d'ermite touche à sa fin...
Le Chat est passé en coup de vent vendredi, le temps d'une lessive, avant de repartir pour une semaine en mer avec sa Douce et ses beaux-parents.
Chat Junior est revenu, crasseux, épuisé mais heureux, de sa semaine en Espagne pour un festival reggae qui a été au-delà de ses espérances en terme d'ambiance et de bons moments... La reprise ce matin a été trèèès difficile... J'ai dû le tirer du lit pour le motiver !
Et Monsieur Liaht rentre demain ! Même si je n'ai pas fait grand chose de mon temps, le contrat est quand même rempli : le jardin n'est pas cramé par le soleil, le potager prospère, les récoltes ont été petites mais régulières et la maison (à défaut d'être impeccable ce qui n'a jamais été mon truc !) est propre dans son ensemble !
Les chambres des filles ont été rangées, nettoyées et les lits refaits. le repassage est à jour et les lessives idem !
J'ai récolté, sur le chemin de mes balades avec le toutou, des graines de cynorhodon que j'ai préparées en vue des tisanes hivernales.
Et j'ai fait quelques bocaux de caviar d'aubergines, soigneusement recouverts d'huile et stockés au frigo pour les apéros surprise à venir !

Nous n'avons plus de voiture, elle a rendu l'âme ! Et pas encore décidé si nous allons la remplacer ou non (et par quoi ?!) car au final nos déplacements sont limités...
Mais j'ai quand même trainé sur le B*o*n C*o*i*n* et de fil en aiguille (ou plutôt d'épaves en bolides !) je me suis prise à rêver sur des maisons en pleine campagne, au bord d'un ruisseau, où nous pourrions finir nos vieux jours !!!
On avait toujours dit qu'on partirait sur une île... mais vu que je ne supporte plus du tout la chaleur, à part les îles écossaises ou d'Europe du Nord le choix est limité !!!
Mais dans le même temps, je sais que je suis très attachée à la grande maison, que j'en aime l'espace et l'atmosphère, et que si Monsieur Liaht n'avait pas ce besoin viscéral d'eau à proximité, je resterai volontiers là ad vitam eternam !
L'heure des choix n'est pas encore venue, mais cela promet de longues discussions !

Dès la semaine prochaine, nous allons par contre devoir nous pencher un peu sur ce fameux voyage en Iran...
La formule nous a séduits : deux semaines en petit groupe (14 voyageurs et un accompagnateur pour la logistique, mais pas de guide) avec visites libres des principaux sites et villes. Seuls les hôtels et petits déjeuners sont inclus, les autres repas se font comme on le sent, seuls ou avec d'autres, le seul impératif étant de regagner le mini-bus à l'heure fixée ! Parfait compromis pour nous entre le voyage totalement organisé qui peut parfois être pesant et le road trip dont nous ne nous sentions plus capables !
Impossible aussi de préparer la valise au dernier moment... Pour Monsieur Liaht passe encore, mais pour moi, comme pour toutes les femmes, les contraintes sont nombreuses ! Tuniques longues, même les manches, et couvrant les fesses, assez amples et pas ou peu décolletées ! J'en ai quelques-unes, mais à manches 3/4 et/ou fendues sur les côtés, et/ou un peu trop courtes ! Je crois que je vais devoir me tourner vers ce qu'on appelle chez nous des robes et dont la longueur devrait convenir !!!
Les cheveux aussi doivent être couverts... Je ne suis pas Gra*ce Kel*ly et le foulard sagement noué sous le menton me laisse de marbre ! Je préfère encore l'étole colorée à poser sur la tête et à draper autour du cou ! Et les étoles en tissu indien j'en ai plein ! Heu... trèèès colorées ! J'assume ou pas ?!
Pour les chaussures par contre pas de norme ! Baskets pour crapahuter et tongs ou ballerines pour flâner !
Il faudra aussi tenir compte de la météo et il est encore trop tôt pour avoir une idée fiable... Les différences sites indiquent de telles amplitudes que je ne m'y fie pas vraiment !

Et il y a le casse-tête des finances !!!
La carte bleue ne nous sera d'aucune utilité... Elle n'est acceptée que dans les grands hôtels et chez les galeristes internationaux... Et encore ! Et il n'y a aucun distributeur pour retirer de l'argent !
La seule option c'est le cash à emporter en quantité suffisante... Pas facile d'estimer à l'avance le montant des dépenses... Repas de midi et du soir, entrées des musées, achats de cadeaux...
On va devoir faire le tour de pas mal de sites et blogs pour y puiser des infos et faire notre propre synthèse !
Sans négliger de s'entrainer un peu pour s'y reconnaitre en monnaie locale... Il y a tellement de zéros pour le moindre achat, et des noms différents pour le même montant ! On n'a pas fini de galérer ! 
Mais je suis impatiente de découvrir ce pays et ses habitants, même si autour de nous certains ne comprennent pas trop le choix de notre destination !
Les enfants nous avaient proposé Cuba, l'Islande ou l'Iran... Trois pays dont ils savaient qu'ils nous attiraient, même si pour des raisons bien différentes !
La chaleur de Cuba m'a un peu freinée... L'Islande est suffisamment proche pour qu'on puisse y prévoir un séjour un peu quand on veut (ou peut !)... Mais on a le pressentiment que l'Iran va très vite devenir une destination très prisée (elle l'est déjà, les voyageurs sont unanimes !). Mais ce n'est pas encore du tourisme de masse et on veut en profiter avant la ruée !

Alors oui, on est bien conscients du contexte politico-religieux, de la restriction des libertés et de la pression exercée sur les femmes et les minorités, mais pas au point de considérer que notre vision occidentale est la seule valable et transposable à l'ensemble du monde sans autre discussion !
Et puis, on aime bien se faire une opinion par nous-mêmes, j'ai de plus en plus de mal à accepter sans broncher celle de soi-disants spécialistes qui se contredisent sans arrêt voire même celle de gens qui n'ont qu'une connaissance supercielle ou par ouïe-dire et font preuve de bien peu d'ouverture d'esprit...
On sera peut-être déçus au retour, frustrés ou révoltés, mais au moins on aura vu par nous-mêmes !

Bonne fin de vacances à celles qui en profitent encore !
Et bonne reprise aux autres !

 

Posté par chez Liaht à 07:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 août 2017

Un chien et des humains !

Le temps n'est pas terrible pour un mois d'août...
Mais il convient bien à ma retraite solitaire dans la grande maison !
Nul autre interlocuteur que mon chien qui a cette particularité de "répondre" dès qu'on le gronde ou lui donne un ordre qui le contrarie... Il aboie en mode continu, modulant des "wou wou wou" qui donnent vraiment l'impression qu'il se rebelle en manifestant son désaccord !
Il a un an désormais et n'a plus rien de la boule de poils blancs laineux qui avait tant séduit Monsieur Liaht... Mélange de races indéterminées, c'est une bête haute sur pattes (bien plus que nos labradors qui l'ont précédé !) qui peut sans se hausser poser la tête à plat sur la table !!! Très long aussi, plutôt fin mais avec de grosses pattes et un museau bien carré... Bref, un ovni de chien !!!
Et un parfait compagnon pour baliser mes journées : réveil à des heures décentes, petite balade pour m'obliger à faire un minimum d'exercice et longs jeux de balle dans le jardin, il excelle à attraper au vol et rapporter sans jamais se lasser...

Presque une semaine déjà et je n'ai pas fait la moitié de ce que j'avais prévu !
J'adore faire des listes pour tout et rien... Mais là, je crois que ce sera voeu pieux pour le rangement des placards et le grand nettoyage de la cuisine !
Par contre, je veille scrupuleusement sur le jardin ! Pour la première fois, nos deux pommiers ont donné des fruits en quantité... De toutes petites pommes, acidulées et souvent piquées, qu'il était pour moi hors de question de laisser pourrir par terre !
J'y ai passé de longues heures, les doigts meurtris par le frottement du couteau, mais au final j'ai plus de 15Kg de compote de pommes totalement bio et sans aucun sucre ajouté ! De quoi agrémenter les desserts cet hiver !
La production de tomates sera moins riche que l'an passé (près de 80kg !!!) remplacée par des courges et potirons qui se sont multipliés sans que nous l'ayons prévu... Des graines jetées au compost et qui ont dû apprécier le soleil et la pluie et envahi l'espace... 3 butternut, 2 potimarrons et au moins une douzaine de potirons qui sont presque bons à ramasser ! J'espère que nous parviendrons à les conserver sans perte...
Et tous les jours il y a une aubergine, un poivron, une poignée de roquette ou d'amarante, une salade pour compléter mon déjeuner. Pas de quoi faire des conserves mais cela nous permet aussi de voir ce qui pousse ou non et de rectifier le tir pour l'année d'après ! Là, clairement, nous n'avons pas semé assez de tomates !

Fille Cadette m'a envoyé une photo de son beau diplôme enfin récupéré au Costa Rica, elle a fait un road trip d'une semaine en pleine nature avant de regagner son îlot du bout du monde !
Fille Dernière s'est enfin installée dans son propre appart avec son écossais, fini les colocs' plus ou moins sereines, ils ont passé le cap et même si les loyers sont hors de prix à Glasgow (comme dans tout le Royaume Uni !) ils ont trouvé une petite surface dans le périmètre animé qu'ils lorgnaient !
Pour Fille Ainée et la Petite Princesse la semaine prochaine sera aussi une nouvelle étape : une place en crèche tous les mercredis ! De quoi ouvrir de nouveaux horizons à une toute petite fille déjà très sociable et dégourdie et offrir un peu de temps libre à sa maman pour penser juste à elle !
Ma gazelle a suivi mon conseil de mère : écouter tous les conseils qu'on lui donne et n'en suivre aucun ! Juste s'inspirer de tous et suivre ses intuitions, chaque enfant est différent, chaque maman aussi et je ne crois pas au "mode d'emploi" universel qui garantirait la réussite parfaite d'une éducation !!!
La Petite Princesse de 16 mois n'est pas encore totalement sevrée... la tétée du soir est un moment privilégié que ni l'une ni l'autre ne sont pressées de supprimer et pourtant la demoiselle mange de tout, toute seule, avec ou sans cuillère !
Fille Ainée m'a fait découvrir une méthode dont je n'avais jamais entendu parler et dont elle s'est largement inspirée : le Baby Led Weaning ou en français Diversification Menée par l'Enfant. J'avoue que j'étais un peu sceptique et surtout inquiète en voyant un bébé de 6 mois manger seule des morceaux de potiron, de fromage ou de banane disposés devant elle !!!
Mais au final cela semble avoir convenu à ma petite-fille : le passage de l'allaitement exclusif à la diversification s'est fait en douceur, sans passer par les aliments industriels ou de substitution, ni même par la phase purée ! La pédiatre, un peu dubitative au début, a juste constaté que la croissance se faisait sans problème et que la Petite Princesse n'avait jamais été malade ! Alors, pourquoi pas ?!

Gwen n'a finalement pas pu quitter son Centre de suites... Je l'ai eue au téléphone, une discussion un peu hachée, elle va le mieux possible vu les circonstances, saturée de cortisone, de somnifère et d'anti-dépresseur, mais elle ne souffre pas semble-t-il et n'a pas besoin d'anti-douleur... 
C'est toujours très difficile pour moi de lui parler. J'ai du mal à accepter qu'il n'y ait plus d'échange, qu'il faille se contenter de si peu de mots...
Mais elle m'a répété qu'elle se sentait rassurée d'être prise en charge et de ne plus avoir à se soucier de rien, donc ça me va aussi.

Quant à Madame ma Mère... Je n'ai toujours pas de nouvelles directes, mon frère et ma soeur en ont pour trois vu qu'elle les appelle sans arrêt.
Les médicaments ont eu raison de ses hallucinations du syndrome d'Ekbom et du coup elle est autorisée à rester pour l'instant dans sa résidence en location autonome...
Cela ne durera pas éternellement, l'expertise psychiatrique le souligne clairement, mais cela nous permet de temporiser, d'obtenir l'habilitation familiale (et visiblement les magistrats ne sont pas encore bien au courant de cette nouvelle disposition !) grâce à laquelle nous pourrons intervenir le moment venu...
Une chose est certaine : Madame ma Mère a fait le vide (et continue de le faire !) autour d'elle et terminera ses jours bien seule...

Bonne semaine à vous, je retourne à la consultation de mes listes... j'y trouverai peut-être matière à !

Posté par chez Liaht à 07:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,